Quand monter sur ses pneus les chausettes pour la neige ?

Lorsque l’hiver approche, les conditions climatiques viennent perturber la conduite sur la route. En effet, le vent, la pluie, la baisse des températures, la neige et les congères favorisent la perte d’adhérence des pneus sur le bitume. Pour pallier ce problème, plusieurs solutions existent. Aujourd’hui nous nous intéressons particulièrement aux chaussettes pour la neige : Quels sont leurs avantages par rapport aux chaînes à neige ? Comment les choisir ? Et quand peut-on et doit-on les utiliser ?

Que sont les chaussettes pour la neige ?

Au même titre que les chaînes, les chaussettes pour la neige font partie de ce qu’on appelle les dispositifs antidérapants amovibles garantissant le démarrage, le guidage et le freinage du véhicule. Elles ressemblent à des housses, viennent s’enrouler autour des pneus et restent en place par l’intermédiaire d’un élastique puissant. De plus, un mécanisme automatique permet de garantir une tension sur toute la circonférence du pneu.

Les chaussettes sont conçues à partir de fibres textiles ultras résistantes et antidérapantes. Leur structure est capable d’absorber l’eau et de créer une couche de neige compacte assurant une adhérence des roues sur la chaussée.

Quels sont les avantages des chaussettes par rapport à la chaîne ?

Les chaussettes pour la neige offrent plusieurs atouts. En premier lieu, le montage est plus facile et rapide. De plus, l’usage des chaussettes ne produit aucun bruit et permet de garder actif les systèmes d’aide à la conduite comme l’antiblocage des roues (ABS) et le correcteur électronique de trajectoire (ESP). Enfin, les chaussettes pour la neige peuvent constituer l’unique solution pour les véhicules ayant un passage de roue trop étroit pour les chaînes.

Quels sont les inconvénients des chaussettes par rapport à la chaîne ?

Parmi les désavantages, on peut citer trois inconvénients en particulier :

  • Les chaussettes sont plus fragiles que les chaînes et ont tendance à s’abîmer plus vite.

  • Elles ne sont pas efficaces lorsque le conducteur est confronté à des pentes ou côtes trop raides, ou si la couche de neige dépasse les 35 cm.

  • Enfin, les chaussettes pour la neige sont beaucoup plus chères que les chaînes.

Comment choisir les chaussettes pour la neige  ?

Les chaussettes pour la neige sont encore très peu connues du grand public. Aussi, il existe plusieurs critères à prendre en compte au moment d’acheter ces protections :

  • Mémoriser les dimensions de ses pneus (Largeur, hauteur, diamètre, passage de roue, etc.

) pour choisir des chaussettes parfaitement adaptées à sa voiture. Il y a plusieurs tailles de chaussettes, il est donc nécessaire de se rapporter à un tableau d’équivalence.

  • Vérifier que les chaussettes aient l’homologation TUV et qu’elles soient conformes à la législation B26 permettant de circuler en France sur les routes où les équipements spéciaux sont indispensables.

  • Suivre les instructions fournies par le fabricant par rapport à la vitesse maximale et à la compatibilité avec les systèmes d’aide à la conduite.

  • Respecter l’entretien des chaussettes pour la neige. Il ne faut pas les laisser lorsque le véhicule est à l’arrêt pendant plus d’une heure. Après chaque utilisation, le conducteur devra secouer les chaussettes pour enlever les cailloux, gravillons ou autres éléments extérieurs piégés. Les chaussettes doivent être ensuite lavées à la main ou en machine. Enfin, avant de les ranger, il faut s’assurer qu’elles soient parfaitement sèches. Des chaussettes mal entretenues se fragilisent très rapidement, ne sont pas efficaces et peuvent se déchirer à n’importe quel moment.

Quand mettre les chaussettes pour la neige ?

Quand l’utilisation est facultative ?

Dans la majorité des cas, l’usage des chaussettes pour la neige va se relever plus d’un choix que d’une contrainte. En effet, les chaussettes offrent une protection dès que la couche de neige présente sur la chaussée dépasse les 3 cm. Le conducteur peut les mettre lorsque la couche est inférieure. Toutefois, une conduite prudente et le port de pneus hiver ou 4 saisons peuvent largement suffire.

Par contre, tout comme les chaînes, les chaussettes pour la neige ne sont pas efficaces pour conduire sur la glace ou une route verglacée. La meilleure protection dans ce cas est le pneu clouté.

Quand l’utilisation est obligatoire  ?

En revanche, le législateur a prévu une obligation d’usage obligatoire des chaussettes pour la neige. Cette exigence est signalée par le panneau bleu B26, représentant une roue équipée de chaînes à neiges. Dans ce cas, à moins que la mention « pneu neige admis » soit présente, et qu’il dispose bien de ces pneus, le conducteur devra mettre ses chaussettes jusqu’à l’apparition du panneau B44 qui marque la fin de l’obligation.

On trouve les routes dont l’accès est conditionné au port d’équipements spéciaux en montagne, particulièrement sur celles qui traversent des cols ou donnent accès aux stations de sport d’hiver.

Lorsqu’on enfreint cette règle, on s’expose à une contravention de 4e catégorie sanctionnée par une amende forfaitaire de 135 €. Les forces de l’ordre peuvent également procéder à l’immobilisation de la voiture jusqu’à une amélioration des conditions climatiques.

Comment conduire avec des chaussettes pour la neige ?

La conduite sur la neige peut s’avérer particulièrement difficile et les chaussettes modifient le comportement du véhicule. C’est pourquoi on doit prendre certaines précautions.

D’une part, il est important d’augmenter les distances de sécurité avec les autres usagers de la route pour anticiper le moindre danger.

D’autre part, il faut adopter une conduite souple, autrement dit éviter les accélérations, freinages et changements de direction brusques. Il est également préférable de freiner à l’aide du frein moteur au lieu de la pédale de frein, tout particulièrement dans les descentes.

De plus, lorsque les pneus patinent au démarrage, le conducteur doit effectuer une accélération progressive. La pédale d’embrayage doit être relâchée tout doucement et les roues doivent bien rester dans l’axe. Si le démarrage est difficile, il ne faut pas hésiter à enclencher la 2e vitesse.